3 ans de RALC

Ça fait trois ans que je suis maman. Et en trois ans, j’ai eu droit à mon lot de Réflexions A La Con au sujet des mes enfants, de mon attitude envers eux ou de mes parti-pris en matière d’éducation. Je me doute bien que c’est seulement le début mais si seulement les gens pouvaient réfléchir 2 secondes avant d’ouvrir leur bouche, ce serait TELLEMENT bien.

C’est parti pour le festival !

 » Et le deuxième, c’est pour quand ? «  Celle-là je l’ai entendue alors même que j’étais encore à la maternité après mon premier accouchement… et tellement de fois jusqu’à ce que je retombe enceinte que je ne les compte plus ! Je n’ose imaginer la tête des gens si je leur avais répondu que je souhaitais n’avoir qu’un seul enfant. J’aurais menti, mais en fait ça regarde qui au juste ? Bizarrement, comme j’ai à présent 2 enfants et de sexes différents de surcroît, on me demande rarement si un troisième est au programme. Il faut croire que comme on a bien répondu aux attentes de la société, on a enfin le droit d’avoir la paix sur ce point.

 » Ah bon, c’est sûr que c’est un garçon? C’est dommage j’aurais préféré que ce soit une fille. «  Celle-là vient de ma grand-mère, c’est du pur jus. Elle est l’aînée de sa fratrie, eu une fille en premier, puis une petite-fille en premier (moi) et il lui semblait inconcevable que son premier arrière-petit-enfant soit un garçon. Tant pis.

 » J’aime pas du tout ce prénom. Quelle idée! «  Celle-ci nous a été servie par le grand-père de mon mari. Ce à quoi nous avons répondu unanimement : « on ne l’a pas choisi pour plaire à qui que ce soit. » C’est vrai quoi : pas ton enfant = pas toi qui choisis = si tu n’as rien de gentil à dire au moment des présentations ou du sms d’annonce, fermes ta putain de grande bouche. Et si vraiment son prénom gêne le 1er concerné, il en changera quand il en aura l’âge.

 » Comme tu es beau / Comme il beau avec des cheveux pareils et des traits aussi fins «  Depuis que Jules est né, des passants dans la rue le ou me complimentent sur son physique. Un groupe de touristes Chinois l’a même photographié… En général les compliments me gênent mais je remercie poliment parce que ces personnes ne s’imaginent pas mal faire. Ce qui me révolte par contre c’est que ces mêmes personnes n’adressent même pas un sourire à Joséphine qui assiste à la scène. Ce qui me révolte encore plus c’est que certains osent même toucher les cheveux de mon fils ! Dans ces cas-là, j’interviens fermement : c’est un enfant, pas une poupée. J’ai déjà expliqué à Jules qu’il pouvait dire non dans ces cas-là mais il est en général tellement surpris qu’il ne bouge pas. J’ignore ce que peut ressentir ma fille par rapport à ça…

 » C’est bon tu as allaité 6 semaines, ça suffit pour les anticorps. » La RALC que voilà et qu’on m’a envoyée en pleine tronche plusieurs fois a surtout suffit à me blesser, moi qui désirais un allaitement long avec option sevrage physio et qui par manque d’infos, de soutien et accessoirement d’une montée de lait plus lente qu’un escargot ai foiré mon allaitement. Ou plus exactement les deux.

 » J’espère tellement pour vous que c’est une fille. » (Au cours de ma seconde grossesse) Pourquoi ? Si les enfants sont du même sexe ça donne des photos de famille un peu pourries ? Ou carrément une famille un peu pourrie ? Allons-y franchement. Sans blague, souhaiter un enfant en bonne santé OUI, un sexe, NON !

 » Qu’est ce qui t’attristerait le plus entre avoir un fils terroriste et un fils homo? » Je vous jure que la question était sérieuse. Pour information : homo ou hétéro, je n’ai rien à faire de l’orientation sexuelle des mes enfants. Cette RALC a été pondue par une personne déjà citée plus haut. Deux RALC mémorables pour une seule personne, ça commence à faire beaucoup.

 » Pour toi, c’est facile tu es à la maison. S’occuper d’un bébé, c’est pas bien compliqué. » Je l’admets, maintenant que j’ai 2 enfants je me demande ce que je trouvais compliqué qu’en je n’en avais qu’un. Néanmoins, à l’époque je me sentais complètement sous l’eau car mon bébé se réveillait entre 3 et 10 fois par nuit de manière totalement anarchique et que j’étais littéralement vidée de mon énergie la journée. Il paraît que le cerveau humain sélectionne les bons souvenirs pour les rendre plus vivaces, précis et durables. Question de survie de l’espèce, tout ça… Dame Nature a dû zapper les RALC que ça allait engendrer.

 » Quoi?! Tu portes ta fille plusieurs heures par jour ? Mais enfin coupe le cordon et pose la, comment veux-tu qu’elle apprenne à marcher sinon ? «  Keep calm, Joséphine a commencé à marcher à 4 pattes à 6 mois et en mode bipède à 10. Jules, a été moins porté car il n’aimait pas ça et a marché vers 16 mois. Moralité, que ton alternative à la motricité libre (ou non) soit le portage (ou non), un enfant marche quand il est prêt. Quoi que tu fasses et pas avant.

Et pendant qu’on en est au thème de la marche:

 » Tu devrais lui mettre des chaussures pour lui apprendre à marcher, il n’y arrivera pas tout seul tu sais… «  Ben si, c’est juste que quand ce n’est pas le moment, ce n’est pas le moment. Dans ma famille, on a plutôt tendance à mettre des chaussures du genre après-skis aux bébés dès qu’ils cherchent à se tenir debout en appui sur un meuble. Donc voir mes enfants constamment en chaussettes ou pieds nus ça fait désordre. Et parler aussi.

 » Tu laisses ta fille manger de si gros morceaux ? Elle n’a même pas 7 mois, elle va s’étouffer ! «  Ce à quoi j’ai répondu  » Ou pas, Madame Irma. » Joséphine n’a jamais trop aimé les purées lisses et prend bien soin de vérifier que le contenu de son assiette ressemble un minimum à celui des nôtres. A bientôt 16 mois, Joséphine ne s’est jamais étouffée. (Elle a droit à TOUT sauf aux fruits à coques, trop durs et trop petits. Ce sont les seuls aliments qui lui sont interdits pour l’instant)

 » Il faudrait que tu emmènes Jules chez le coiffeur. Avec ses cheveux longs, blonds et bouclés, il ressemble beaucoup trop à une fille. C’est un coup à ce qu’il devienne pédé. » J’ai cru m’étouffer ce jour-là…

 » Tu comptes faire percer les oreilles de Joséphine bientôt ? Plus on le fait jeune mieux c’est, comme ça bébé oublie. «  Je viens tout juste de prendre rendez-vous chez le pierceur et comme il fait aussi les tatouages je vais voir avec lui pour qu’il m’en propose un pour l’épaule de Joséphine. Un truc du genre Roquefort Forever lui irait à merveille. Blague à part, ma fille, son corps : elle se fera percer les oreilles uniquement à sa demande et non à son insu.

 » Regardes Jules, Joséphine a tout mangé, elle. «  Peut-être qu’il n’aime pas ou qu’il n’a plus faim. Il ne vaut pas moins que ça sœur pour autant et vice versa. Même pour un truc aussi naturel et plaisant que manger, les enfants sont mis en compétition. Et ce au sein même de leur fratrie. N’importe quoi.

 » Tu laisses Jules manger 4 yaourts à la suite et 3 compotes ? Et il est où l’équilibre alimentaire, là ? «  J’ai eu envie de répondre « Dans ton cul » mais ça aurait fait désordre, d’autant plus que j’aime beaucoup mon beau-père. Je me suis contentée d’expliquer qu’il ne mangeait presque rien depuis plusieurs jours et que si manger 4 yaourts et 3 compotes lui faisait envie ce jour-là, il n’y aurait pas mort d’homme.

Et là, je n’ai même pas évoqué les réflexions relatives à notre choix d’IEF…

On dit souvent qu’il faut tout un village pour élever un ou des enfants. Il y a quelques temps, j’ai lu un article qui citait cet adage en disant en gros que le village ferait bien mieux d’apprendre à se taire s’il n’est pas capable d’apporter son soutien aux parents qui sont les seuls porteurs de la mission d’élever les enfants en question.

Et si la bienveillance éducative passait aussi par la bienveillance envers les éducateurs ?

2 réflexions sur « 3 ans de RALC »

  1. Hallucinant… j’ai justement fait un article hier sur le top 5 des phrases à la con, et je suis surprise ou plutôt exaspérée de voir qu’on m’a déjà fait toutes les remarques à la con que tu cites… mon fils a les cheveux longs, blonds, et des traits fin qui plus est… on s’en prend de belles… imbéciles… et la pire revient à une vieille dame qui s’est extasiée devant mon fils en disant « ohlala mais quelle jolie petite fille » et quand mon mari l’a corrigée en lui disant que c’etait un garçon elle a changé de ton en nous lançant un « oh non c’est tellement dommage un garçon avec des traits si fins »……. 😡😡😡😡

    J'aime

    1. J’ai eu droit à celle-ci aussi sauf que cette idée a semblé tellement inconcevable à cette personne qu’elle a continué de parler de mon fils au féminin. C’est une ancienne voisine, à chaque fois qu’on la croisait on la reprenait mais il n’y avait rien à faire : vu son physique, Jules était forcément une fille. Il y a encore du chemin à faire dans la société quant aux stéréotypes…

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s