Mon minimalisme et la place du matériel

Depuis que je chemine dans le minimalisme, j’ai vu mon rapport aux objets évoluer. « Avant » il m’arrivait d’acheter pour avoir l’impression de suivre le mouvement de la société, de vivre en phase avec mon époque ou simplement car un objet me draguait depuis sa vitrine (coucou énième robe noire! Va rejoindre tes 6 autres copines dans mon armoire.) en étant assez peu regardante sur la qualité. J’avais aussi un petit côté écureuil à conserver des trucs juste « au cas où » et je procrastinais à mort quant à certaines réparations à effectuer.

L’étrange jeu de domination entre le matériel et moi s’est rééquilibré : aujourd’hui j’ai le sentiment d’avoir remis mes possessions à leur juste place c’est à dire à mon service. Cela se manifeste de différentes manières :

1. Plus de détachement affectif

Mes possessions ont moins d’emprise sur mes émotions. Ce que je possède me plaît, j’en prends relativement soin et tout mais lorsque qu’un objet m’indiffère ou ne m’est plus utile je parviens à m’en séparer le cœur léger. Idem lorsqu’un objet s’abîme je n’en fais plus toute une histoire : je le remplace si je l’estime nécessaire, point.

En me relisant, je trouve que ce je viens d’écrire peut renvoyer une image de moi assez froide à ne plus m’attacher (ou presque) à mes affaires. En réalité, j’ai déplacé l’affection que je leur portais vers les bénéfices que j’en retire concrètement et sur ce qui compte bien plus à mes yeux : vivre des moments de qualité et avoir plus d’espace mental disponible à consacrer à ces moments-là pour les vivre pleinement.

architecture-1087820_640

2. Plus de précision

Aujourd’hui je diffère volontiers un achat afin de me laisser le temps de trouver le modèle qui correspond parfaitement à mes attentes sans avoir à faire de compromis.

Le dernier exemple en date qui me vient à l’esprit : le choix de ma yaourtière. Au début, je me sentais attirée par la multi-délices car elle permet de faire un paquet de trucs qui me semblaient utiles à première vue. J’ai pris de temps de me renseigner pendant des semaines mois , de réfléchir à ce que je voulais vraiment faire d’une yaourtière et la réponse était : faire des yaourts ni plus, ni moins alors acheter ce modèle précis ne m’aurait rien apporté. J’ai opté pour un autre modèle bien plus simple et qui fait ce j’attends de lui.

3. Plus de qualité

Je suis aussi plus exigeante concernant la qualité de ce que je tends à posséder. Je préfère payer plus cher un objet qui va durer longtemps plutôt qu’opter pour les premiers prix. Ça peut paraître snob mais c’est surtout pragmatique. Un objet de mauvaise qualité qui se détériore plus vite ou dont les matériaux sont douteux devra être remplacé plus rapidement et / ou ne pourra pas avoir de seconde vie via le recyclage ou le don.

Résultat : un gaspillage d’argent, de temps et de ressources naturelles.

shoes-2465907_640

4. Plus de multifonction

J’essaye de privilégier des objets dont je peux détourner l’utilisation première à d’autres fins, notamment en cuisine. Quand j’ai entamé le tri dans mes ustensiles de cuisine, je me suis rendue compte que beaucoup avaient une fonction limitée et ne servaient que rarement. Un exemple ? Les moules et plats à four. Entre les ronds, les carrés, les rectangulaires, les spécifiques et ceux de formes diverses, les 3/4 servaient peut-être une fois par an. J’ai considérablement réduit leur nombre pour garder les plus polyvalents soit:

  • 1 moule à cake
  • 1 moule rond à charnière
  • 1 grand plat carré
  • 1 grand plat rectangulaire
  • 1 moule à muffin

Et je peux vous assurer qu’ils connaissent peu de répit dans le placard !

5. Plus d’argent

Avoir remis le matériel à mon service au lieu d’en rester l’esclave m’a fait faire des économies. Opter pour de la qualité, du multifonction et prendre le temps de la réflexion avant d’acheter m’évite des achats quasi-inutiles ou à durée de vie trop limitée à mon goût.

« Avant » j’étais tous les mois à découvert ou presque et aujourd’hui j’ai des sous de côté alors que les besoins de ma famille augmentent au fur et à mesure que mes enfants grandissent. Les bénéfices financiers sont donc bien visibles et ce en relativement peu de temps car je me suis lancée dans le minimalisme il y a un peu moins d’un an.

« Less is more »… And it’s true.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s