Top 14 vs Flop 14 de la bienveillance dans les comptines

Les comptines sont transmises depuis des générations et des générations. Initialement destinées aux adultes, elles ont peu à peu investit les oreilles des enfants jusqu’à faire intégralement partie de la culture enfantine. Lorsque j’ai commencé à m’intéresser à l’éducation bienveillante, j’ai décidé d’être vigilante quant à ce qu’ingurgite mes enfants. Je parle de nourriture physique certes mais aussi intellectuelle : je veille à ce que le contenu de leurs livres, les images qu’ils observent et la musique qu’ils écoutent soient en phase avec leur développement cognitif afin de leur laisser « conquérir » le monde qui les entoure à leur rythme.

Or, certaines comptines parle (beaucoup) de sexe quand d’autres sont très violentes ou d’autres mêlent les deux à la fois. Dans le genre bienveillant, on peut faire mieux… D’autres, au contraire peuvent accompagner un tout petit dans sa compréhension du monde. Les unes comme les autres sont très, très connues ! Voici donc (parmi celles que je connais) mon top 14 des comptines bienveillantes et mon flop 15 des comptines qui le sont beaucoup moins, de manière plus ou moins implicite. Je commence par le flop, histoire de finir sur des choses positives 🙂

happy-3046565_640

Flop 14 des comptines pas du tout vraiment bienveillantes :

  1. Ah les crocodiles : le père qui quitte dit adieu à ses enfants pour aller à la guerre puis qui déserte face à l’adversaire. Je préfère apprendre à mes enfants à affronter leurs problèmes…
  2. Il était un petit navire : cette comptine parle de cannibalisme, rien que ça.
  3. Promenons-nous dans les bois : je ne vois pas pourquoi continuer à véhiculer cette  peur du loup car 1°) je trouve stupide de susciter cette peur ou n’importe quelle autre chez un tout-petit et 2°) c’est un animal en voie de disparition qui mériterait davantage de compassion et de protection.
  4. Alouette, gentille alouette : une personne se fait entièrement prendre tout ce qu’elle possède jusqu’au dénuement total. Bien sûr, c’est plus digeste avec une jolie musique.
  5. Maman les p’tits bateaux : une mère qui insulte son fils et qui lui ment juste après. Le père s’y met aussi à la fin de la chanson… Une perle de bienveillance éducative!
  6. A la claire fontaine : une fille qui raconte son désespoir d’être rejetée par son petit-ami car elle refuse de coucher avec lui.
  7. A la pêche aux moules : à un âge ou l’on est plutôt sensé apprendre à se faire respecter tout en respectant les autres, cette comptine parle de harcèlement sexuel et de viol. Pour couronner le tout, on comprend que le narrateur / la narratrice est issu(e) d’un de ces viols. #balancetonporc
  8. J’ai du bon tabac : un personnage qui en nargue un autre + apologie du tabac = à éviter.
  9. C’est la mère Michel qui a perdu son chat : une dame qui se fait voler son chat (ou violer selon les interprétations) puis qui subit un chantage et qui finit par se prostituer. Mouais…
  10. Il était un p’tit cordonnier : celle-ci aussi est gratinée! Alcoolisme, violences conjugales, la femme qui « accepte » la violence de son mari car celui-ci semble doué pour « embrasser ». Et puis quoi encore ?
  11. Ne pleure pas Jeannette : le narrateur tout joyeux commence par annoncer à Jeannette qu’elle va être mariée. Déjà, le mariage forcé est évoqué. On apprend ensuite que Jeannette en aime un autre, qui est en prison et que celui-ci est condamné à la pendaison. Jeannette préfère être pendue elle aussi plutôt qu’être mariée à un autre et elle finit pendue avec son amoureux. Love, love, love la la la.
  12. Fais dodo, Colas mon p’tit frère : promettre une récompense à quelqu’un à condition qu’il dorme ? A mes yeux, c’est n’importe quoi. Récompense ou non, si quelqu’un arrive à se forcer à dormir alors qu’il n’a pas sommeil, je serai ravie de recueillir son témoignage… et de le constater de mes yeux !
  13. Il était une bergère : la bergère se met tellement en colère contre son chat qu’elle en vient à le tuer. Elle va se confesser et là le curé utilise son pouvoir pour lui soutirer des faveurs sexuelles. Et recommencer car « la peine est si douce » voyez-vous. Oui, on chante ça aux enfants.
  14. Une souris verte : au premier degré on peut se demander si l’auteur de celle-ci n’aurait pas fumé trop de moquette et si on s’intéresse au contexte de son écriture, on apprend que la souris en question est un officier vendéen, capturé par un soldat républicain. S’ensuit la torture de l’officier avant sa mise à mort. A la fin de la chanson, le soldat qui l’a capturé finit par être récompensé par une pièce de monnaie. Charmant, non ?

Top 14 des comptines bienveillantes :

  1. Petit escargot : une comptine toute simple qui initie le tout-petit à l’identification des parties du corps : tête et dos.
  2. 1, 2, 3, nous irons au bois : une manière ludique de découvrir la comptine numérique.
  3. Ainsi font, font, font : une comptine à mimer à la portée des bébés dès 7-8 mois.
  4. L’araignée Gipsy : une chansonnette qui peut aider les enfants à réaliser que la roue tourne dans la vie.
  5. Bonsoir Madame la Lune : une ritournelle pour comprendre à quoi servent la Lune, le Soleil et définir quand dire bonjour ou bonsoir.
  6. La famille tortue : une éloge de la lenteur dans notre monde qui va si vite surtout aux yeux d’un enfant.
  7. Pirouette cacahouète : une chansonnette facile à mémoriser et amusante à mimer.
  8. Les petits poissons dans l’eau : chez nous, on aime beaucoup cette chanson positive qui évoque que tout un chacun peut réussir à nager dans l’océan de la vie aussi bien que son voisin.
  9. Tapent, tapent, petites mains : une autre comptine à geste à la portée des bambins autour de 18 mois.
  10. Petit Jean qui danse : historiquement celle-ci est sordide car elle raconte le supplice d’un homme au Moyen-âge mais je la considère bienveillante car écoutées au premier degré (comme le fait un petit enfant) les paroles ne l’évoquent absolument pas et qu’elle est top pour apprendre les parties du corps.
  11. Coccinelle, demoiselle : une comptine toute mimi pour s’initier aux couleurs et à la découverte de ce si mignon petit insecte.
  12. Un jour dans sa cabane : une chanson gaie et rythmée qui résume plus moins les séquences d’une journée type d’un enfant : le bonhomme fait une activité, il mange, il dort.
  13. Savez-vous planter les choux ? Une autre chanson pour apprendre les parties du corps même si elle m’agace vite car je la trouve trop redondante et trop longue.
  14. Dame tartine : une chanson / conte pour les gourmands. Miam !

music-1702404_640

J’aime faire écouter des comptines à mes enfants et parfois certaines de mon flop 14 se glissent dans la playlist. Quand elles sont intégrales et qu’elles contiennent les parties fumeuses, je les zappe mais je constate quand même que bien souvent il s’agit de versions courtes voire simplement des refrains qui sont conservés. De ce fait mes enfants ne devraient pas en être traumatisés. Après tout, je les ai chantées moi aussi dans mon enfance et je crois être plutôt bien câblée sous les cheveux à l’heure qu’il est…

Mais on a le droit de faire des choix différents de ceux de ses propres parents et un parent averti en vaut deux. Voilà !

 

1 réflexion sur « Top 14 vs Flop 14 de la bienveillance dans les comptines »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s